Bienvenue sur le blog de Mosaik, l'application qui t'aide à prendre soin de ta santé mentale 💚

Comment bien choisir son ou sa psychologue ?

27/6/2022
entraide santé mentale
Philippe
·

La psychologie est une science qui a pour but de comprendre la structure et le fonctionnement de l'activité mentale et des comportements associés.

Choisir son psy, c’est avant tout choisir son spécialiste. En effet, il existe plusieurs branches de métiers dans la psychologie : psychiatres, psychologues, psychanalystes ou encore psychothérapeutes.

Alors, pour ne pas se sentir perdu parmi toutes ces spécialités, il est primordial de savoir quels sont ses besoins afin de se tourner vers le professionnel de santé mentale qui saura le mieux vous comprendre.

Dans cet article, Mosaik vous donne les clés pour comprendre quel spécialiste de la psychologie vous correspond le mieux.

Quelle est la différence entre le psychiatre et le psychologue ?

Qu’est-ce qu’un psychiatre ?

Le psychiatre est un médecin formé aux pathologies psychiques. Il est le seul professionnel de santé mentale capable de donner un diagnostic basé sur une évaluation complète : un examen mental et physique. De plus, puisqu’il est médecin, il est habilité à délivrer des médicaments (antidépresseurs, antipsychotiques…).

Comment se déroule une séance avec un psychiatre ?

Lors de la première séance, le psychiatre va vous écouter, comprendre vos problèmes et ce qui vous handicapent au quotidien. Ce processus va lui permettre de vous conseiller une thérapie ou un traitement adapté à votre pathologie.

Les séances sont courtes (environ 25 minutes), et ont pour principal objet la prise en charge des troubles de la personnalité : dépression, schizophrénie, psychoses, troubles bipolaires. Si nécessaire, le psychiatre peut demander une batterie de tests biologiques (comme les tests sanguins).

En France, les séances prodiguées par un psychiatre sont remboursées par la sécurité sociale. Si le psychiatre est conventionné secteur 2, ses honoraires sont libres et la sécurité sociale rembourse à 70% du tarif conventionné (environ 50€).

Qu’est-ce qu’un psychologue ?

Le psychologue est un praticien spécialiste de la psychologie. Le psychologue n’est pas un médecin, il a reçu une formation universitaire et est titulaire d’un master de psychologie.

Le psychologue va mettre à profit son savoir et sa personne pour soigner les pathologies.

La thérapie proposée par le psychologue se fait avec le patient. Le but étant de discuter, d’écouter et d’aider le patient à analyser ses pensées négatives, ses comportements et ses émotions.

Comment le psychologue travaille-t-il ?

Le travail du psychologue se base sur la relation, la cognition, et la psyché. La cognition c’est l’idée de processus mentaux permettant la connaissance, l’appréhension du monde qui nous entoure. Dans les fonctions cognitives se retrouvent la mémoire, le langage, ou encore le raisonnement mais aussi l’apprentissage, la résolution des problèmes, l’attention.

Le psychisme est un concept à la frontière entre la science et la philosophie. Il s’agit d’un ensemble de processus conscients (dont la cognition ferait ainsi partie) et inconscients à mettre en lien avec l’esprit, l’affectivité ou encore l’intelligence. La spécificité de la psyché par rapport à la cognition est que cette dernière se veut en partie inconsciente : c’est la face cachée de l’iceberg. La relation est donc ce processus socio-cognitivo-psychique s’établissant entre le psychologue et son patient.

Qu’est-ce que la psychologie ?

Aujourd’hui, la psychologie désigne ses outils en employant les termes épistémologie ou encore obédience. Il s’agit, en d’autres termes, de la façon de voir le fonctionnement cognitif et psychique et de soigner le patient.

De nombreuses études ont prouvés que l’efficacité de la thérapie n’est pas corrélée à l’obédience du thérapeute – ce qui compte, c’est ce que les psychologues appellent l’alliance thérapeutique, il s’agit de la collaboration mutuelle du patient et du thérapeute dans la réalisation des objectifs fixés.

Quels sont les types de psychothérapie ?

La psychanalyse

La méthode thérapeutique la plus ancienne est la psychanalyse. Inventée par Freud au début du 20ème siècle, la psychanalyse théorise la psyché comme constituée du ÇA, du MOI, et du SURMOI et fonctionne avec un principe de quantité énergétique : la pulsion.

Dans le cas d’un traumatisme générant une phobie (comme un accident de voiture générant une peur de conduire), la psychanalyse va venir expliquer, donner du sens à cet évènement mal vécu par la psyché du patient, pour permettre un soulagement du symptôme.

Concrètement, la psychanalyse pense le traumatisme comme un événement contre lequel l’individu n’est pas préparé, et qui vient créer une quantité  importante de pulsions, ce qui déséquilibre l’état psychique et peut entraîner des symptômes pathologiques.

Ces symptômes sont l’expression du traumatisme : faire comprendre ce mécanisme au patient lui permettra de se libérer de sa phobie : on parle d’abréaction.

Il s’agit d’un long processus, la psychanalyse s’étale en général sur plusieurs mois, voire sur des années.

Ce type de thérapie est conseillé dans la prise en charge de pathologies lourdes, handicapantes, mais également dans le cas où le patient souhaite se sentir mieux avec lui-même et apprendre à se connaître en profondeur et mieux se comprendre.

Les thérapies cognitivo-comportementales

Les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) s’intéressent aux manifestations symptomatiques des troubles psychiques sans forcément penser leurs origines. Elles vont permettre aux patients d'apprendre à vivre avec leur phobie et faire en sorte que ces dernières ne soient plus problématiques.

Le thérapeute va ainsi aider son patient dans la mise en place d’un ensemble d’exercices quotidiens, empêchant ses symptômes de prendre trop de place au point de devenir handicapants. Les prises en charge en TCC sont relativement courtes (de quelques semaines à quelques mois) et sont indiqués dans le traitement des phobies mais également des troubles anxieux et de la dépression.

Cependant, elles ne sont pas indiquées (à l’inverse de la psychanalyse) dans le cas où le patient souhaite une modification profonde et durable de son fonctionnement psychique.

Les autres types de psychothérapie

Il existe une multitude de courants et de types de prise en charge. L'essentiel est de s’adresser à un professionnel de la santé mentale. Le professionnel saura comprendre vos maux et vous orienter vers une solution adaptée. Dans cet article, nous n'avons défini que deux courants psychologiques car il s'agit des plus utilisés dans le traitement des troubles de la santé mentale

Cependant, il s’agit d’une profession libre, chaque praticien s’organise comme il le souhaite dans le respect du code déontologique de sa profession. Avant tout, le psy est un professionnel de la relation, et c’est cette relation qui va être aidante.

Il est prouvé que l'efficacité d'une thérapie repose sur l’alliance thérapeutique, soit la construction et l'évolution saine de la relation entre le thérapeute et son patient. Elle est favorisée par l’engagement mutuel dans la thérapie, mais aussi par la bienveillance du thérapeute à l'égard de son patient.

Ainsi, il est primordial lorsque vous choisissez votre psy de vous sentir à l'aise, suffisamment en confiance pour lui raconter vos pensées, vos émotions et vos peurs.

Comment demander de l’aide ?

Le changement peut faire peur, et le chemin de la thérapie peut être long mais cela ne veut pas dire que vous devez continuer de subir vos symptômes au quotidien. Chercher de l’aide, c’est le premier pas vers le mieux-être. Il ne s’agit pas de se brusquer, mais de trouver le chemin vers la guérison. Si vous avez envie de vous faire aider, c’est déjà un premier pas énorme.

De nombreuses solutions existent, vous pouvez notamment vous tourner vers l'application Mosaik qui propose des guides et des questions inspirés de thérapies reconnues.

Parce que s’ouvrir aux autres, c’est aussi un petit peu s’ouvrir à soi ! En tant qu’humain, nous sommes tous programmés pour éviter la souffrance. Prendre le chemin de la thérapie, c’est faire le choix de s’aider à aller mieux.