Bienvenue sur le blog de Mosaik, l'application qui t'aide à prendre soin de ta santé mentale 💚

Les vacances de Noël, source d’angoisse et de déprime ?

14/12/2021
entraide santé mentale
Amélie, psychologue clinicienne
·

Les fêtes de fin d’année peuvent être le symbole pour certains de moments heureux et festifs mais pour d'autres il s'agit de moments de stress, de solitude et de tristesse voire d'angoisse et de déprime. Alors pourquoi la période des fêtes est-elle source d’angoisse et de déprime ? Et comment apprendre à vivre plus sereinement ces vacances de Noël ? Mosaik répond à ces questions pour ces fêtes de fin d’année soient les plus réussies !

Noel et le nouvel an, source d’angoisse et de déprime

L’approche de Noël et du Nouvel an n’est pas toujours synonyme de fêtes pour beaucoup de personnes qui voient dans cette période une source de stress, d’angoisse et de déprime. Une étude montre d’ailleurs qu’une personne sur trois estime vivre un fort niveau de stress à l’approche des fêtes.

Cette déprime de Noël est de plus en plus fréquente et il peut même arriver de développer une véritable phobie de cette période, la natalophobie. La ​​natalophobie se manifeste par une peur irrationnelle et incontrôlable des fêtes de fin d'année et de leurs symboles. Au contact de ces symboles tels que le sapin de Noël, le Père Noël, les chants de Noël, les films de Noël ou les décorations de Noël, les natalophobes peuvent ressentir des symptômes tels que des difficultés à respirer, une accélération du rythme cardiaque, des troubles digestifs, des vertiges, de la déprime ou même des crises d’angoisse.

Mais comment expliquer que cette période des fêtes soit source d’angoisse et de déprime ?

Une injonction au bonheur

La période des fêtes est souvent fantasmée. On parle d’esprit ou magie de Noël par exemple. Lorsque nous pensons à Noël, nous avons en tête les films et les publicités de fin d’année où tout semble parfait, joyeux voire magique et féérique. Nous avons donc tendance à ressentir une injonction à être heureux et enjoué mais la réalité vient souvent décevoir cette vision, ce qui peut être à l’origine d’une déprime. Et c'est encore plus difficile lorsque cette période rappelle de profonds traumatismes de vie ou des douleurs vives, lorsque nous sommes loin de nos proches, que nous souffrons d'anxiété ou de dépression ou que cette période accentue notre sentiment de solitude.

Les tensions familiales

Les tensions familiales sont bien souvent les principales sources d’angoisse en lien avec la période des fêtes. Que l'on soit parent, fille, fils, frère ou soeur, les réunions de famille de fin d’année sont souvent abordées avec appréhension, craignant un souvenir douloureux d’une famille avant une dispute, une séparation ou un deuil, des questions indélicates ou le rappel de la place que nous occupions lorsque nous étions enfants et dans laquelle nous nous ne reconnaissons plus.

Une charge mentale intense

Les vacances de Noël sont aussi une période d’intenses préparatifs : acheter les cadeaux, prévoir l’organisation des repas, planifier les visites. Cette organisation est une charge mentale qui nous pèse alors même que nous travaillons encore puisque nous avons besoin de nous y prendre à l’avance pour faire plaisir à tout le monde. Et à force de vouloir faire plaisir à tout le monde, on finit parfois par ne plus faire plaisir à personne nous oubliant nous-mêmes dans cette période intense !

Les cadeaux, une angoisse supplémentaire

Les cadeaux sont non seulement une charge mentale à l’achat mais également au moment de leur remise. Nous craignons souvent de ne pas avoir choisi un cadeau approprié et nous guettons la réaction de la personne au moment de l’ouvrir. Pour certaines personnes, c’est le fait de recevoir un cadeau qui peut être source d’angoisse. On appelle cette phobie la capitellophobie, elle se manifeste par une boule au ventre, des démangeaisons soudaines, des bouffées de chaleur et une sensation d'oppression qui monte en voyant un proche se diriger avec un cadeau. Cette réaction est une manifestation de l’anxiété sociale puisque nous nous inquiétons de la manière dont nous allons être perçu.e ou jugé.e au moment de recevoir ce cadeau.

La dépression saisonnière

La fin d'année correspond également à une période où nous avons tendance à être plus triste et plus déprimée à cause du manque de lumière naturelle et du manque de contact avec le milieu naturel qui impactent notre niveau d'énergie et notre moral. On parle même de dépression saisonnière et environ 1 personne sur 10 serait touchée en moyenne. 


Nos conseils pour mieux vivre les fêtes de fin d’année

Voici quelques astuces pour vivre plus sereinement les vacances de Noël :

  • Commence par t’octroyer le droit de ne pas aimer les fêtes de fin d’année. Nous avons tendance à penser que nous sommes insensibles si c’est le cas mais tu n’as pas à te culpabiliser, l’esprit de Noël véhiculé par les médias ne correspond bien souvent pas à la réalité.
  • Ecoute-toi, ne te force pas que ce soit à Noël ou au Nouvel an, le but de ces vacances est de te faire plaisir et non de faire plaisir à tout prix aux autres donc respecte tes limites et tes besoins.
  • Définis des attentes réalistes, concentre toi sur ce que tu as plutôt que sur ce que tu es censé avoir, basé sur des standards irréalistes.
  • Fais de ton mieux pour planifier en prenant en compte tes difficultés et en limitant ton stress. Les imprévus sont possibles, tu n’auras pas toujours le contrôle sur la situation, il est important d’accepter ça.
  • Fais des pauses de 10 minutes pour aller prendre l’air et respirer si socialiser est trop pesant pour toi.
  • Offre toi une pause des réseaux sociaux : un passage sur les réseaux sociaux nous laisse souvent plus déprimés qu’auparavant – surtout dès qu’on commence à se comparer aux autres.

Les fêtes de fin d'année peuvent ainsi être une période de forte charge mentale, source d'angoisse ou de déprime particulièrement si nous ne respectons pas nos besoins et limites et si nous nous enfermons dans une vision de perfection et de magie véhiculée par la culture populaire. Il est ainsi essentiel d'apprendre à s'écouter et à définir des attentes réalistes pour mieux vivre cette période.