Qu’est ce que l’anxiété sociale et comment la surmonter?

5/10/2021
entraide santé mentale
Amélie, psychologue clinicienne

L’anxiété sociale, appelée également phobie sociale, toucherait environ 5% de la population en France selon la Haute Autorité de Santé. Pourtant de nombreuses confusions demeurent à ce sujet. Qu’est ce que l’anxiété sociale et quels sont les symptômes associés ? En quoi est-ce différent de la timidité ou de l’introversion ? Comment surmonter cette phobie sociale et comment accompagner un proche qui en souffre ? Dans cet article, nous allons tenter de t’y faire voir plus clair afin de démêler le vrai du faux !

Qu’est ce que l’anxiété sociale ? 

Définition de l’anxiété sociale

L’anxiété sociale fait partie de la famille des troubles anxieux au même titre que le trouble anxieux généralisé ou le trouble panique. L’anxiété sociale ou phobie sociale se caractérise par une peur intense associée à certaines activités sociales ou situations de performance où la personne pourrait se sentir observée embarrassée, humiliée ou rejetée. Très concrètement, si tu souffres d’anxiété sociale, tu vas redouter ou être gêné(e) d’être le centre de l’attention ou avoir peur d’être humilié(e) dans certaines situations sociales comme par exemple prendre la parole devant un groupe de gens, écrire lorsque quelqu’un te regarde ou manger en public. Dans notre podcast, Jeremy nous décrivait par exemple cette peur panique d'être observé(e) par les autres en train de prendre son repas et comment cette anxiété avait pris le contrôle de sa vie, de ses relations et de sa santé mentale.

Les manifestations de l’anxiété sociale

Les personnes qui présentent de l’anxiété sociale ressentent de l’anxiété dès qu’elles sont en présence de ce qui leur fait peur ou dès qu’elles prévoient d’y faire face. L’anxiété sociale peut alors se manifester de différentes manières: 

  • Ressentir une anxiété intense ou déraisonnable dans les situations où le regard de l’autre est présent
  • Craindre d’être jugé(e) négativement ou d’être humilié(e)
  • Surestimer les conséquences négatives de ces situations sociales
  • Appréhender d’être rejeté(e)
  • Passer son temps à anticiper des situations que le cerveau juge dangereuses
  • Nourrir un cercle vicieux car par peur d’être jugé(e), l'anxieux va se concentrer sur la réaction des autres et interpréter négativement les paroles ou le langage corporel ce qui va le conforter dans sa crainte



Les symptômes de l’anxiété sociale

L’anxiété sociale s’accompagne souvent d’un ou plusieurs symptômes

  • Palpitations cardiaques 
  • Tremblements ou secousses musculaires
  • Transpiration excessive 
  • Douleurs musculaires 
  • Maux de ventre 
  • Diarrhée ou inconfort abdominal
  • Rougissement
  • Confusion

Bien entendu, ces symptômes ne sont pas uniquement propres à l’anxiété sociale et ne suffisent donc en aucun cas à établir un diagnostic. Nous te recommandons d’en parler à ton médecin traitant si tu penses être concerné(e) par ce trouble. 


Les stratégies d’évitement

Bien souvent, les personnes souffrant d’anxiété sociale ont peur de sortir de chez elles, d’être confrontées aux monde extérieur et d'interagir socialement car cela déclenche des crises de panique. L’évitement peut se caractériser par une tendance à vouloir échapper à des situations anxiogènes en réduisant leur fréquence ou leur durée.

Lorsqu’elles décident de sortir, elles vont également mettre en place des stratégies d’évitement. C’est par exemple le cas de Julien, 32 ans, qui souffrait de phobie sociale sévère il y a encore quelques années et qui nous confie: “Lorsque je sortais de chez moi pour aller au boulot ou pour faire quelques courses, je savais à quelle heure mes voisins sortaient et j’attendais parfois qu’ils soient partis pour sortir. Cela m’arrivait également de faire un détour pour éviter certaines personnes que je connaissais ou tout simplement de marcher la tête basse pour ne pas être reconnu.”


Comment distinguer l’anxiété sociale de la timidité ou l’introversion? 

Tu t’es peut être déjà posé(e) la question: l’anxiété sociale est-elle vraiment différente de la timidité ou de l’introversion? La réponse est oui, l’anxiété sociale ne doit pas être confondue avec l’introversion ou la timidité ! L’anxiété sociale est une pathologie comme nous venons de le voir ce que ne sont ni la timidité ni l’introversion. On va t’expliquer cela et clarifier cet abus de langage! 


L’introversion, une question d’énergie

L’introversion se caractérise par un besoin de se retrouver seul et au calme pour recharger ses batteries sociales. L’introversion est ainsi un tempérament et une question d’énergie puisque l’introverti se fatigue et perd de l’énergie en réaction aux stimulations extérieures comme les interactions sociales ou le bruit contrairement à l’extraverti qui gagne de l’énergie dans ces situations. Ce n’est donc pas une pathologie mais une réaction physiologique aux stimuli externes. Une personne introvertie aura donc besoin de se ressourcer en restant seule ou chez soi, non par peur mais parce qu’elle a une quantité d’énergie limitée en situation sociale.

Femme timide se cachant derrière son pull


La timidité, un état émotionnel

La timidité peut être parfois considérée comme une forme légère d’anxiété sociale mais elle n’est pas une pathologie. C’est en effet un état émotionnel ponctuel ou continu qui dans certaines situations sociales va empêcher le timide de dire ou de faire certaines choses alors qu’il en a envie. La timide va avoir tendance à se tenir en retrait ou éviter de se mettre en avant ou de prendre des initiatives souvent par manque de confiance en soi et faible estime de soi. 

La timidité se manifeste souvent avec des inconnus et le timide aura tendance à se sentir rassuré face à une personnalité accueillante. Ce n’est pas le cas des personnes souffrant d’anxiété sociale qui peuvent se méfier ou douter de la sincérité des gens accueillants. 

Contrairement à l’anxiété sociale, la timidité n’impacte pas la qualité de vie de manière importante. Le désir de vie sociale prime sur la peur de l’échec alors que dans le cas de l’anxiété sociale, la peur de l’humiliation peut primer sur le désir de vie sociale.

Comment surmonter ce trouble anxieux?

L’anxiété sociale peut devenir particulièrement handicapante lorsque la personne est dans l’évitement systématique. “Je ne fréquentais presque plus mes amis et je n’osais pas nouer de relations amoureuses.” nous confie Julien. “J’ai compris à ce moment que j’avais besoin d’aide”

La première recommandation en termes de traitement reste la psychothérapie avant l’introduction des traitements médicamenteux, si besoin. Si tu penses avoir besoin d'aide, nous te recommandons d’en parler avec ton médecin afin de comprendre ce qui te correspond le mieux mais voici déjà quelques options:

Les thérapies comportementales et cognitives (TCC)

Les TCC sont une forme d’accompagnement psychologique adaptée pour surmonter l’anxiété sociale. L’objectif de cette thérapie est de mieux gérer l’anxiété en agissant sur les comportements ainsi que les pensées et émotions qui y sont associées. Des objectifs, en collaboration avec le praticien, vont alors être fixés et vont donner un but à la thérapie. Ils vont être traités les uns après les autres et non tous en même temps. 

Les thérapies d'exposition

L’une des clés pour surmonter son anxiété sociale est également de se confronter à ces craintes. A petites doses, progressivement, dans un cadre bien défini et avec des objectifs réalistes que le patient va fixer avec son thérapeute. C’est ce qu’on appelle la thérapie d’exposition

Les groupes d'entraide

Les groupes d’entraide encadrés par un psychologue, qu’ils soient en présentiel ou en ligne, entre personnes souffrant d’anxiété sociale peuvent être également une forme d’accompagnement particulièrement efficace. Confronter ses problèmes aux autres amène à une meilleure compréhension de la souffrance et une prise de distance par rapport à ses difficultés.

Pour aller plus loin: que faire lorsqu’un proche souffre d’anxiété sociale? 

Comme pour beaucoup de difficultés psychologiques, le rôle de l’entourage est clé dans le combat d’un anxieux contre son trouble. Il est souvent difficile de trouver les bons mots lorsqu’une personne de son entourage souffre d’anxiété sociale. Voici quelques conseils qui peuvent t’être utiles si c'est ton cas:

  • Sois à l’écoute de ce que la personne ressent 
  • Sois patient(e), l’anxiété sociale peut être plus ou moins forte selon les jours 
  • Rappelle-lui que c’est son anxiété qui parle sans aller à l’encontre de son ressenti
  • Essaie de distraire la personne (proposer un jeu, une activité) mais sans être insistant
  • Renseigne-toi (comme tu le fais actuellement !) sur l’anxiété sociale, ça te permettra de mieux comprendre la personne 


Cette introduction à l’anxiété sociale t’a permis de comprendre qu’elle ne doit pas être confondue avec la timidité ni l’introversion et qu’elle représente une difficulté psychologique qui peut nuire de manière importante à la qualité de vie au quotidien. L’aide d’un professionnel de santé peut donc être utile pour surmonter cette phobie, n'hésite donc pas à en parler avec ton médecin !

Laisse un commentaire
"Je vous remercie! Votre demande a été reçue!" => Merci de votre confiance ! Nous vous tiendrons informé(e) du lancement de notre communauté par email.
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Laisse un commentaire
Sois le premier à publier un commentaire !