12 causes qui pourraient expliquer votre trouble anxieux (ou anxiété grave) ?

7/6/2022
entraide santé mentale
Esther
·

Nous avons tous connu ce sentiment occasionnel de nervosité ou d'inquiétude. En effet, il arrive souvent d’avoir une légère obsession et de se sentir préoccupé.e par certaines choses, par exemple, notre santé, notre apparence physique, notre famille ou encore nos finances. Ces sentiments que nous ressentons font partie de nos émotions et sont des réactions typiquement humaines pour faire face à la détresse psychologique ou au stress.

Qu’est-ce qu’un trouble anxieux ou anxiété grave ?

Lorsque les symptômes d'anxiété persistent et deviennent excessifs au point de causer une détresse permanente ou d'interférer avec notre vie quotidienne (école, travail et relations) alors, il est fort probable qu’il s’agisse d’un trouble anxieux

Les personnes atteintes de troubles anxieux peuvent souffrir de crises d'angoisse aiguës qui reviennent fréquemment, elles ont alors tendance à éviter les situations qui déclenchent ou exacerbent leurs symptômes.

Les symptômes de l'anxiété sont les suivants :

  • sentiment de danger imminent, 
  • tremblements, 
  • irritabilité et agitation, 
  • sensibilité au bruit, 
  • sueurs, 
  • perte de concentration, 
  • pensées négatives, 
  • envie d’uriner fréquemment, 
  • difficultés à respirer, 
  • Douleurs thoraciques, 
  • bouche sèche, 
  • rythme cardiaque élevé, 
  • troubles du sommeil.

Les troubles de l'anxiété sont parmi les troubles de la santé mentale les plus répandus avec la dépression. Ils se présentent sous différentes formes et bien qu'ils comprennent tous des symptômes liés à l’anxiété, chacun connaît ses propres caractéristiques et manifestations cliniques. Ainsi, il existe le trouble anxieux généralisé, les phobies spécifiques (comme la thanatophobie ou peur de la mort), l’agoraphobie, l’hypocondrie, l'anxiété sociale, l'anxiété de séparation, le trouble obsessionnel compulsif, le syndrôme du stress post-traumatique et enfin le trouble panique

Quelles sont les causes de l’anxiété grave ?

Les causes des troubles anxieux sont multifactorielles, complexes et souvent mal comprises. Les symptômes peuvent apparaître durant l'enfance ou l'adolescence et persister tout au long de l'âge adulte. Dans cet article, nous allons examiner les différents facteurs possibles des troubles anxieux.

Anxiété et génétique 

Les gens naissent-ils avec une prédisposition génétique à l'anxiété ? Il n’y a pas de doute sur le fait que la génétique joue un rôle dans les traits psychologiques d’une personne et les maladies mentales. Cependant, en ce qui concerne les troubles anxieux, la nature et l’importance de cette implication génétique restent à approfondir. 

Les études cliniques actuelles montrent que les troubles anxieux ont 30% à 67% de probabilité d'être transmis d’une génération à l’autre, avec plusieurs gènes pouvant constituer des facteurs de vulnérabilité.

Jusqu'à présent, la recherche génétique a rassemblé des preuves qui affirment que les gènes impactent le niveau d’anxiété et le développement des troubles associés, toutefois l’étendue de l’impact du facteur génétique reste encore à déterminer.

De plus, il n’existe pas à proprement parler un unique gène de l’anxiété. Les chercheurs ont déterminé que plusieurs gènes sont en réalité impliqués dans le développement de troubles anxieux. 

En d’autres termes, on peut naître avec une probabilité variable de souffrir d’anxiété grave, mais cela ne signifie pas nécessairement que la pathologie se développera. Ainsi, c’est l'interaction de facteurs génétiques, psychologiques et environnementaux qui déterminera la survenue d’un trouble anxieux chez une personne donnée.

Anxiété et antécédents familiaux

Bien que la cause des troubles anxieux soit multifactorielle, il existe un lien évident entre les parents anxieux et les enfants anxieux. Les enfants qui grandissent dans un environnement anxiogène de par le comportement anxieux de leur parent auront davantage tendance à développer de l’anxiété grave.

Toutefois, et comme dans le cas de la génétique, la pathologie ne se développera pas toujours chez l’enfant en cas de parents anxieux, cela dépendra également d’autres facteurs environnementaux, génétiques et psychologiques. 

Outre la génétique, les enfants peuvent apprendre à être anxieux, par mimétisme, en imitant le comportement de leurs parents ou des personnes qui les entourent quotidiennement et qui souffrent d'anxiété. Les enfants peuvent alors développer certains troubles anxieux spécifiques, par un effet miroir, sans qu’il existe nécessairement de prédisposition génétique. Il s’agit ici d’un comportement résultant de l’acquis et non de l’inné.

Anxiété et neurotransmetteurs

La biochimie de l’anxiété implique des phénomènes complexes dont les sous-jacents ne sont pas encore tous connus. Les molécules impliquées dans le fonctionnement interne de notre cerveau s’appellent les neurotransmetteurs. Ils assurent la communication entre les synapses de nos neurones. Nous pouvons par exemple citer la sérotonine, le GABA, la dopamine, la noradrénaline, etc.

Il a été observé des changements de comportement synaptique lors de la survenue d’un trouble anxieux. Il est compliqué de dire s’il s’agit d’une cause ou d’une conséquence. Le GABA et la sérotonine sont les deux principaux neurotransmetteurs impliqués dans les troubles anxieux. Chez les personnes souffrant de dépression, d’attaques de panique, d’anxiété généralisée, ou de phobies, il a été observé une quantité réduite de sérotonine en comparaison des personnes non touchées par ces troubles. Par ailleurs, les récepteurs GABA voient également leur action modifiée pour les personnes touchées par un trouble anxieux.

Les médicaments comme les antidépresseurs ou les anxiolytiques agissent d’ailleurs sur ces mécanismes afin de contrebalancer ces effets, en augmentant par exemple la présence de sérotonine.

L’avancement des technologies d’imagerie cérébrale permettra de mieux comprendre la relation entre les troubles anxieux et les interactions entre neurotransmetteurs et récepteurs synaptiques.

Anxiété et neurophysiologie

Lorsqu’une personne stresse, ses glandes surrénales vont créer davantage de cortisol, une hormone diffusée dans le corps pour le préparer à un danger. Une personne anxieuse aura tendance à concentrer une quantité trop importante de cortisol dans son corps, affaiblissant une barrière protectrice autour du cerveau.

Si cette barrière est franchie, il y a un risque de neuroinflammation qui peut conduire à un trouble anxieux. Cette dernière va venir toucher trois parties majeures du cerveau (hippocampe, cortex préfrontal et amygdale) et risquer de le moduler. 

Tout d’abord, une modification de l'hippocampe, essentiel pour l’apprentissage et la mémoire, peut entraîner des troubles de la mémoire mais également l’apparition de symptômes liés à la dépression. 

Ensuite, le cortex préfrontal joue un rôle important dans les émotions. Un stress chronique va avoir pour conséquence le ralentissement de l'activité cérébrale et l’altération des prises de décisions. 

Enfin, l’amygdale a pour mission de réguler nos réactions émotionnelles, notamment face à la peur. Si cette dernière est modifiée, notre niveau de stress augmentera et la régulation des émotions sera affectée.

Plusieurs recherches affirment que ces modifications sont réversibles avec le temps.

Anxiété et autres maladies mentales

Avoir des antécédents en lien avec la santé mentale peut prédisposer aux troubles anxieux. Par exemple, l'anxiété et la dépression sont étroitement liées et surviennent parfois en même temps. La dépression est marquée par des sautes d'humeur importantes et peut se manifester par un profond sentiment mélancolique ainsi que par une forte irritabilité. 

Lorsque l'anxiété et la dépression coexistent, il peut être difficile de distinguer les deux car leurs symptômes sont souvent confondus les uns avec les autres. Le déficit d'attention, les troubles du sommeil et les troubles alimentaires sont des symptômes communs aux deux maladies. 

La schizophrénie est une autre maladie mentale qui prédispose à l'anxiété. Elle est marquée par des problèmes cognitifs et perceptifs avec une incapacité à différencier ce qui est réel de ce qui ne l'est pas. L'apparition de troubles anxieux chez les personnes atteintes de schizophrénie est fréquente.

Anxiété et traumatisme

Des recherches ont démontré que les traumatismes subis pendant l'enfance sont un facteur prédisposant aux troubles anxieux. En effet, des études soulignent que bon nombre des personnes souffrant d’anxiété sociale ont subi de la violence psychologique durant leur enfance, souvent infligée par les parents. Cette violence physique ou psychologique est caractérisée de différentes manières : la négligence, la privation ou encore la maltraitance psychologique.

Deux études indépendantes ont démontré qu’en comparaison aux patients non anxieux socialement, ceux qui souffrent d'anxiété sociale ont subi une forme de négligence émotionnelle et de rejet de la part de leurs parents pendant leur enfance.

Le traumatisme comporte de multiples formes, sa définition est vaste et englobe des événements très stressants, dangereux et effrayants, par exemple, la violence domestique, le harcèlement sexuel, l'intimidation, l'exclusion sociale ou encore le racisme.

Le traumatisme a un effet à long terme sur la santé mentale. Il affecte l’estime de soi et les relations aux autres et augmente le risque de développer des troubles anxieux, des troubles dépressifs majeurs, des troubles du stress post-traumatique, des troubles de la personnalité borderline, voire même des comportements suicidaires.

Par exemple, les militaires ou ex-militaires ont tendance à souffrir de troubles anxieux et d'autres problèmes de santé mentale, ayant été exposés à une violence extrême pendant longtemps. Une étude menée auprès d'anciens militaires ayant une déficience physique a révélé une prévalence élevée des troubles de la santé mentale chez eux.

Anxiété et facteurs environnementaux

Plusieurs études approfondies ont mis l'accent sur les facteurs environnementaux exogènes qui provoquent l'anxiété. Il s’agit d’événements stressants qu’une personne a vécus ou dont elle a été témoin.

Ces événements peuvent être le décès d'une personne chère, des conflits familiaux, des difficultés financières, la pression du quotidien, etc. Il peut également s’agir d’une incertitude sur le futur, notamment chez les adolescents, avec le développement d’un stress chronique sous-jacent, facteur de risque pour les troubles anxieux.

L’âge est également un facteur de risque, notamment en raison d’inquiétudes sur une santé déclinante et l’arrivée de symptômes annonciateurs de maladies potentielles.

Un facteur de risque notoire des troubles anxieux liés à l'enfance est le comportement des parents. Les parents de personnes souffrant de troubles anxieux sont majoritairement décrits comme des parents anxieux, exigeants, sévères, surprotecteurs et très peu affectifs.

Anxiété et personnalité 

Des recherches antérieures ont prouvé que certains traits de personnalité comme le perfectionnisme, le neuroticisme et la timidité contribuent aux troubles de l'anxiété. La timidité n'est pas une pathologie psychologique mais plutôt une caractéristique répandue ayant de multiples objectifs adaptatifs. Par exemple, les enfants timides peuvent s’isoler brièvement pour retrouver un sentiment de contrôle.

Cependant, il existe des cas où la timidité peut être un problème avec des répercussions néfastes. Ainsi, elle est un risque aggravant pour les troubles psychologiques comme l'anxiété sociale.

Anxiété et estime de soi

L'estime de soi est particulièrement liée à l’anxiété sociale et au trouble anxieux généralisé. Une forte perception négative de soi-même est un facteur prédisposant à l’anxiété grave. D'une part, une faible estime de soi peut conduire à souffrir d'anxiété sociale, d’autre part, avoir de l'anxiété peut aggraver une estime de soi déjà fragile, créant ainsi un cercle vicieux qui fait perdurer l'anxiété.

L'anxiété sociale a tendance à nous faire croire que l’on ne répond pas à des attentes et normes sociales. Cela provient souvent d’un jugement sévère de soi-même.

Les enfants ayant une faible estime d'eux-mêmes se considèrent comme moins attrayants; par conséquent, ils se limitent dans leurs interactions sociales et tissent des relations moins intimes. Enfin, ils peuvent finir par développer une anxiété sociale ou un trouble anxieux généralisé à cause de ce trait de personnalité.

Anxiété et médicaments 

Les troubles anxieux peuvent être causés par certains médicaments. Parmi eux, on retrouve les anesthésiques, les analgésiques, les anti-cholinergiques, les médicaments contre la maladie de Parkinson, les corticostéroïdes, les anticonvulsivants, les antidépresseurs, les antihistaminiques, les stabilisateurs d'humeur ou encore les antipsychotiques. 

Ces médicaments peuvent exacerber l’anxiété. À l’inverse, il arrive également que l’arrêt de certains médicaments provoque de l'anxiété.

Anxiété et drogues

Les troubles anxieux sont parfois causés par la consommation de substances illicites. En effet, plusieurs personnes expliquent avoir ressenti une forte anxiété après avoir consommé certaines drogues ou substance stimulante. 

Par exemple, consommer de l’alcool va avoir un effet direct sur les récepteurs GABA, chargés de réduire continuellement l’excitation des neurones. Cet effet va diminuer temporairement l’angoisse et l’anxiété pour laisser place à une forte excitation. Cependant, notre corps va actionner un mécanisme de survie afin de retrouver un équilibre au niveau des récepteurs GABA, ce qui pourrait entraîner une angoisse bien plus violente qu’à l’origine par la suite. 

L’anxiété peut aussi apparaître au moment où l’organisme est encore sous l’effet d’une substance illicite. Certaines substances ont des effets psychotiques et créent un fort sentiment de panique et d’anxiété. Par exemple, le gouvernement canadien prévient des risques de la consommation excessive de cannabis et des effets néfastes qu’elle peut avoir sur la santé mentale et plus particulièrement l’anxiété.

Toutefois, identifier une drogue comme la cause unique d’un trouble anxieux ne coule pas de source car les personnes l’associent souvent au plaisir et écartent l’idée qu’elle puisse être la raison de leurs maux. 

Anxiété et autres maladies

Certaines pathologies en dehors des maladies mentales peuvent prédisposer une personne à développer des troubles anxieux ou à exacerber les symptômes. 

Les symptômes liés à l’anxiété peuvent apparaître en raison d'une pathologie cardio-respiratoire, digestive, endocrinienne ou encore neurologique. Par exemple, la tumeur cérébrale peut provoquer des changements de comportement et précipiter le développement de troubles anxieux.

D'autres pathologies telles que le dysfonctionnement des glandes surrénales, l'hypertension, l'hyperthyroïdie, le diabète, le syndrome du côlon irritable, les maladies cardiaques, l'apnée du sommeil ou encore les maladies respiratoires peuvent également entraîner la survenue de symptômes anxieux

Conclusion

L'anxiété est une façon pour le corps d’exprimer que quelque chose ne va pas. Si l’anxiété interfère avec votre vie quotidienne, nous vous conseillons de demander l’avis d’un professionnel de santé comme un psychiatre ou un médecin généraliste. 

Votre médecin évaluera chacun de vos symptômes et saura vous expliquer si ces derniers sont simplement une réaction naturelle liée à vos inquiétudes du quotidien ou un trouble psychologique plus sérieux. Il vous indiquera également quelle est la meilleure manière de soulager votre anxiété.

FAQs

Quand l'anxiété devient-elle pathologique ?

L'anxiété est une réaction naturelle au danger et au stress psychologique. Elle déclenche un sentiment de détresse et de danger imminent qui nous pousse vers la fuite, il s’agit d’un instinct de survie. Il se traduit par une série de réactions instinctives destinées à nous protéger face à un danger. 

En revanche, lorsque les symptômes d'anxiété sont irrationnels et disproportionnés par rapport à la situation, cela peut être diagnostiqué comme un trouble anxieux. L'anxiété pathologique domine les pensées d'une personne au point qu'elle est incapable d'accomplir des tâches ordinaires au travail ou à l'école.

Quelle est la gravité des troubles anxieux ?

Les troubles anxieux provoquent une forte inquiétude ainsi qu’une détresse alarmante. Lorsqu'ils ne sont pas traités, ils peuvent provoquer une dépression, faire tomber une personne dans une addiction quelconque, entraîner des douleurs chroniques, des problèmes digestifs, des troubles du sommeil, un isolement social ou encore des problèmes au travail et dans les relations privées. À ce stade, il est préférable de demander l’avis d’un médecin.