Qu'est ce qu'un trouble obsessionnel compulsif (ou TOC ) ?

18/1/2022
entraide santé mentale
Amélie, psychologue clinicienne
·

Le trouble obsessionnel compulsif était autrefois jugé comme un trouble du comportement rare. Pourtant, des études récentes révèlent que 2 à 3% environ de la population en souffrent probablement parce que jusqu'à une date récente, il était difficile de l'avouer en public. Mais alors qu’est ce qu’un TOC exactement ? Quels sont les principaux types de TOC ? Et comment les soigner ? Mosaik répond à ces différentes questions dans cet article.

C'est quoi un TOC ?

Définition d’un trouble obsessionnel compulsif

Le trouble obsessionnel compulsif (TOC) est un trouble anxieux qui se caractérise par des pensées, des idées, des images récurrentes persistantes, non désirées et intrusives (obsessions) et/ou des comportements répétitifs, des rituels pour réduire l'anxiété que provoquent les obsessions (compulsions).

Un TOC n’est pas un symptôme de folie. Celui qui en souffre reconnait le caractère insensé de ses pensées et de son comportement et est particulièrement gêné par son incapacité à les maîtriser. Le TOC est souvent accompagné de dépression.

Le TOC est souvent associé à de l'évitement phobique : la personne obsédée par la saleté évitera par exemple de toucher les poignées de porte ou de serrer les mains, comportements qui peuvent handicaper parfois la vie sociale ou professionnelle.

Nous avons par ailleurs détaillé les facteurs et causes possibles des troubles anxieux dans un article dédié.

Symptômes d’un TOC

Les TOC se caractérisent donc par des obsessions et parfois des compulsions.

Les obsessions sont des idées, des pensées, des images ou des impulsions récurrentes qui semblent insensées mais qui persistent à s’imposer comme la peur d’avoir laissé le gaz ouvert ou d’avoir oublié de fermer la porte à clef. La personne qui souffre de TOC a conscience de l'irrationalité des pensées mais n'arrivent pas à s'en défaire pendant des heures, des jours ou des semaines. Ces pensées insensés n’ont généralement aucun lien avec la réalité.

Les compulsions sont des comportements ou des rituels adoptés pour diminuer l’angoisse qui provient des obsessions. Par exemple, vérifier plusieurs fois de situation de suite que le robinet du gaz est fermé ou que la porte est bien fermée. La personne souffrant de TOC se sent obligée de céder à ces compulsions même si elle sait qu'elles ne sont pas raisonnables.

Pour être qualifié de TOC, les obsessions et/ou les compulsions doivent faire perdre au moins une heure par jour ou entraîner une détresse significative ou une altération du fonctionnement.

Quels sont les principaux types de compulsions ?

Les trois principales compulsions consistent à laver, vérifier et compter.

La compulsion de vérification :

La compulsion de vérification signifie que l'on contrôle en permanence la fermeture des portes par peur d’être volé, que l'on vérifie que le robinet du gaz est fermé pour s’assurer qu’il n'y a pas de fuite ou à regarder la route pour être que l'on a renversé personne.

La compulsion de lavage :

La compulsion de lavage se traduit par une préoccupation d'être contaminé : on évite de toucher les poignées de porte ou de serrer la main des gens par exemple. On peut passer des heures à se laver les mains ou à se doucher pour réduire cette angoisse.

La compulsion de comptage :

La compulsion de comptage est le fait de compter jusqu’à un certain nombre ou à répéter un mot plusieurs fois pour écarter la crainte qu’un malheur n’arrive.

Comment soigner un TOC ?

Si tu penses souffrir d’un TOC, la première mesure à prendre est de consulter un praticien afin de poser un diagnostic et d’envisager les différentes options de traitements. Voici une liste non exhaustive des traitements envisageables.

Les thérapies comportementales et cognitives (TCC)

L’objectif de la thérapie TCC est d’identifier les pensées de peur, de culpabilité ou les superstitions associées aux obsessions, de les remettre en question et de les remplacer. Par exemple, la pensée “Si je pense que j’ai mal fermé le robinet de gaz, c’est sans doute que je l’ai mal fermé” est remplacée par “la pensée d’avoir mal fermé le robinet de gaz n’est qu'une pensée déformée causé par le TOC. Elle n’a pas de sens et elle ne réflète pas la réalité”.

La thérapie d’exposition

On combine généralement les TCC avec l’exposition où l’on est encouragé à s’exposer aux situations qui renforcent les obsessions dans un premier temps et à s'empêcher d’effectuer les rituels ou de céder aux compulsions dans un second temps. Avec un thérapeute, on définit plusieurs situations, de préférence dans le cadre de son domicile puis on s’expose à ces situations et on résiste aux compulsions. Il est souvent recommandé qu’une personne de confiance assiste pour aider à résister à la compulsion.

Par exemple, si tu te laves les mains chaque fois que tu serres une main, l’exposition consistera à en serrer une et à réduire progressivement le nombre de lavages. 

Les traitements médicamenteux :

La prise en charge associant TCC et exposition suffisent parfois mais le TOC nécessite souvent un traitement médicamenteux à long terme et notamment des molécules de la famille des antidépresseurs : les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine.


Si l'impact des TOC est variable d’une personne à l’autre, ils altèrent systématiquement la qualité de vie au niveau social ou professionnel C’est une maladie malheureusement encore sous-diagnostiquée sans doute à cause de la honte et la stigmatisation associées à cette maladie. Pourtant, des traitements existent et dans la majeure partie des cas, les symptômes régressent après plusieurs mois.