Dépression réactionnelle : comment la reconnaître et la soigner

25/7/2022
entraide santé mentale
Clara
·

Vous venez de vivre un événement marquant et douloureux et depuis vous vous sentez vide et terriblement triste. Du jour au lendemain, votre vie a basculé et le désespoir s’est installé dans votre quotidien. Il pourrait s’agir d’une dépression réactionnelle.

La dépression n’est pas toujours la conséquence d’une série d’événements et d’un long processus qui s’installe chroniquement dans la vie d’une personne. En effet, il est possible dans certains cas que la maladie apparaisse rapidement.

Dans cet article, Mosaik vous parle de la dépression réactionnelle.

Qu’est-ce que la dépression réactionnelle ?

La dépression réactionnelle, également appelée la dépression situationnelle, est un type de dépression qui se produit en raison d’un facteur de stress ou d’un événement spécifique. À l’inverse du trouble dépressif majeur, elle n’est que temporaire et ne dure pas sur le long terme, on parle parfois de dépression à court terme.

Ce type de pathologie résulte d’un trouble d’adaptation : la personne malade ressent souvent un soulagement et une diminution des symptômes après s’être adaptée au changement qu’elle a subi. Ces changements peuvent être par exemple :

  • la naissance d’un bébé,
  • le décès d’un être cher,
  • la fin d’une relation amoureuse,
  • un accident de voiture.

La dépression réactionnelle touche tous les types de populations : les hommes et les femmes, les adultes et les enfants. Selon les statistiques donnés par cette étude publiée en 2017, la prévalence annuelle de la dépression situationnelle serait de 0,2% à 1% sur la population européenne.

Si la dépression réactionnelle survient après un événement marquant ou une situation douloureuse, elle ne se déclenche pas systématiquement et il est possible de souffrir d’autres pathologies telles que le trouble du deuil complexe persistant ou encore le trouble de stress post-traumatique. Afin de faire la différence entre ces troubles similaires, il est nécessaire de s’intéresser aux symptômes de la dépression réactionnelle pour pouvoir la reconnaître.

Quels sont les symptômes de la dépression réactionnelle ?

Les symptômes de la dépression réactionnelle sont similaires à ceux du trouble dépressif majeur. Ainsi, on retrouve des signes tels que :

  • une tristesse et un désespoir intense,
  • une fatigue chronique extrême,
  • une anxiété et une agitation récurrente,
  • une irritabilité accrue,
  • des changements d’appétit,
  • des difficultés à gérer vos émotions,
  • des pensées suicidaires,
  • une perte de concentration,
  • des ralentissements psychomoteurs.

Ces symptômes peuvent être plus ou moins intenses. En effet, il peut arriver qu’un patient souffre tellement de ses symptômes que cela devienne un handicap au quotidien.

Si vous souhaitez aller plus loin, voici un article complet et détaillé sur les symptômes de la dépression.

Quelles sont les causes de la dépression réactionnelle ?

Les causes de la dépression réactionnelle peuvent être nombreuses bien qu’elles aient toutes un même point commun : elles sont liées à un stress excessif.

Voici quelques exemples des situations qui peuvent engendrer une dépression situationnelle :

  • le décès d’un être cher,
  • la naissance d’un bébé, l’adoption d’un enfant,
  • des tensions au sein de certaines relations : rupture, dispute, divorce,
  • des difficultés financières telles qu’une faillite, un licenciement ou le passage à la retraite,
  • un changement de vie important : déménagement, un nouveau travail,
  • un épisode soudain et traumatisant : accident de voiture, catastrophes naturelles, agression…

Les causes sont très souvent subjectives et dépendent du caractère et de la sensibilité de chacun. Ainsi, pour savoir si vous souffrez de dépression réactionnelle, il est important de savoir analyser les événements récents de votre vie et savoir si ceux-là auraient pu déclencher la maladie.

Puisque la dépression réactionnelle provient d’une cause extérieure précise, il est important de savoir la détecter. Voici quelques questions que vous devriez vous poser afin de déterminer l’origine de votre mal être :

  • Quelles sont les principales sources de stress dans votre vie ?
  • Faîtes vous l’expérience d’un conflit, d’une tension ou d’un doute dans une relation importante ?
  • Votre situation familiale, personnelle ou professionnelle a-t-elle changé de manière à ce que vous ressentiez plus de pressions ou de stress ?
  • Avez-vous un sentiment d'inachevé ou une frustration liés à certains domaines de votre vie ?
  • Avez-vous récemment fait face à une perte ou un changement important ?

Après avoir identifié la raison de vos symptômes, il sera nécessaire de travailler à l’amélioration et au changement du sujet ou du domaine qui vous cause des souffrances. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une solution rapide, travailler activement et chercher des points d'amélioration pour y faire face vous permettra de diminuer significativement vos symptômes.  

Comment faire la différence entre le deuil et la dépression réactionnelle ?

Les symptômes de la dépression réactionnelle sont parfois similaires à ceux d’un deuil. Toutefois, il est primordial de faire la différence entre le deuil et la dépression réactionnelle.

Le deuil est une réponse naturelle et normale face à la perte d’un être cher. Il s’agit d’un processus par lequel chaque personne doit passer afin d’accepter le décès d’un proche. Voici les différentes étapes :

  • faire face à la réalité et prendre conscience que la perte est réelle,
  • passer par les phases de douleurs et de chagrins,
  • apprendre à vivre sans cette personne,
  • mettre moins d’énergie émotionnelle dans le processus de deuil et passer au fur et à mesure à autre chose.

Bien que le deuil déclenche une série d’émotions, parfois lourdes et difficiles à gérer, les personnes qui font face à cette situation réussissent relativement rapidement à retrouver le sourire et à apprécier de nouveau les bonheurs de la vie.

En revanche, la dépression réactionnelle est une maladie psychologique profonde. Elle nécessite un traitement spécifique.

Très souvent, on sait faire la différence entre un deuil et une dépression réactionnelle après plusieurs semaines. En effet, dès lors que la période de deuil dépasse plusieurs mois et que les souffrances sont toujours aussi intenses, il est probable que vous ayez développé une pathologie dépressive.

Quelles sont les solutions pour faire face à la dépression réactionnelle ?

Il n’existe pas de traitement spécifique pour les dépressions réactionnelles. Puisque cette pathologie a des symptômes similaires à ceux du trouble majeur dépressif, elle reçoit donc les mêmes traitements : les psychothérapies et les médicaments.

Utiliser la thérapie pour faire face à la dépression réactionnelle

Il existe différentes formes de thérapies, la plus connue est la thérapie cognitivo-comportementale. Son principe de base est d’affirmer que les comportements, les pensées ou les émotions problématiques sont liés à des apprentissages du passé.

À travers 3 composantes (cognitive, comportementale et émotionnelle), cette thérapie se base sur des exercices qui permettent de faire réfléchir le patient sur l’origine des ses maux et qui le font avancer petit à petit dans sa problématique.

Afin de trouver la thérapie qui vous convient le mieux, nous vous recommandons de vous tourner vers votre médecin généraliste et d’en discuter avec lui. Il saura vous conseiller le traitement le plus adapté.

Prendre des traitements médicamenteux pour soulager les symptômes de la dépression réactionnelle

Il existe plusieurs types de médicaments pour faire face à la dépression. Il ne s’agit pas de traitement spécialement prescrit pour une dépression réactionnelle.

Il existe plusieurs types d’antidépresseurs, les plus prescrits sont les ISRS et IRSN. Ils ont un effet sur la production de la sérotonine et la noradrénaline. Ces deux neurotransmetteurs sont directement impliqués dans la régulation de l’humeur.

Ces médicaments peuvent entraîner des effets secondaires tels que :

  • des maux de tête,
  • des dysfonctions sexuelles,
  • des troubles du sommeil,
  • des maux d’estomac;
  • une augmentation de la pression artérielle.

Ainsi, il est préférable de discuter de ces traitements avec votre médecin avant de les entamer.

Changer de mode de vie pour faire face à la dépression réactionnelle

La dépression réactionnelle vous isole et vous désintéresse de nombreuses activités que vous aimiez auparavant : vous sortez moins, vous ne rencontrez plus vos amis… Cependant, même si cela peut sembler absurde, il est très important de se forcer à poursuivre sa routine et à garder ses habitudes. Le but n’étant pas de faire semblant que tout va bien ni de cacher vos symptômes.

En effet, à long terme, certaines activités sont bénéfiques pour diminuer l’état dépressif :

  • Continuer d’avoir des intéractions sociales : elles permettent d’améliorer votre humeur, de vous sortir de votre quotidien difficile et d’aérer vos pensées. À long terme, cela permet de réduire le stress ce qui a un effet bénéfique sur les troubles dépressifs.
  • Pratiquer régulièrement une activité physique : en plus d’être bon pour votre corps, le sport stimule la production de dopamine et d’endorphines ce qui permet d’améliorer petit à petit votre humeur.
  • Se fixer des horaires pour dormir : la dépression génère l’apparition de troubles du sommeil, essayez alors de garder des horaires de coucher et de levée fixes afin de favoriser l’endormissement.
  • Pratiquer la méditation de pleine conscience : il s’agit d’un type précis de méditation qui consiste à être attentif à ce qui se déroule autour de soi et en soi sur le moment présent. Le but de cet état de conscience est de diminuer le niveau de stress et à long terme, d’améliorer sa qualité de vie. Cette étude publiée en 2019 démontre que la méditation de pleine conscience a des effets bénéfiques sur de nombreux troubles de la santé mentale, notamment la dépression et l’anxiété.

Conclusion

La dépression réactionnelle est une maladie soudaine et parfois violente. Très rapidement après l’événement ou le changement traumatisant, les symptômes se développent et s’installent. Les conséquences peuvent parfois être dramatiques dans la vie du patient : il s’isole, ne sort plus et peut même avoir des pensées suicidaires.

Ainsi, il est important de vite réagir dès le début des symptômes et de demander l’avis d’un professionnel de santé mentale : il saura déterminer si votre mal être est lié à une période de deuil, à un trouble de stress post-traumatique ou à une dépression réactionnelle. Vous recevrez alors le traitement adapté.